Vitalic – Rave Age

Non, ce n’est pas une blague, vous le saviez peut-être déjà, d’ailleurs. Le mirifique -exceptionnel- Vitalic a entamé sa semaine comme un lundi, en sortant son nouvel album, qu’il a cette fois baptisé Rave Age.
 
Alors on entend déjà râler les aficionados d’un Vitalic « à l’ancienne » : « M****, c’est devenu une pute vulgos commerciale, sa zique est vendue aux maisons de disques. » Faux, et on va vous expliquer pourquoi la pilule triangulaire de Rave Age, distribuée par Citizen/Different Records, est bien passée.
 

 
Primo, oui, la musique de Vitalic a changé –même si ça reste à prouver. Mais qui peut reprocher à un mec de faire évoluer sa production musicale en tout de même six ans, depuis Ok Cowboy en 2006. Mais pour les pleureuses nostalgiques de My friend Dario, rassurez-vous. Sur les 12 tracks de Rave Age, Pascal Arbez-Nicolas -Vitalic- nous a quand même réservé quelques perles d’electro pour déménageurs comme Stamina (pré-realesed avant la sortie de l’opus), No more sleep ou encore La mort sur le dancefloor.
 

 
Pour parler encore de son… après, faudra lui demander, mais c’est vrai que Vitalic peut surprendre un chouïa avec des chansons parfois plus lentes, qui détonnent avec le reste de l’opus, un peu à la Analog worms sequel de Mr Oizo. Comme dans The legend of Kaspar Hauser, par exemple.
 
D’autre part, sans conteste, la nouvelle identité visuelle du « deejonay » (contraction de deejay et Dijonnais) est toutefois assez classe, bien propre, ce qui est plutôt dans l’air du temps. Au vu, d’une communauté electro qui s’embourgeoise en même temps qu’elle se démocratise. Mais pour finir, Vitalic a toujours -encore- le don pour réunir les bons ingrédients et créer des morceaux qui fonctionnent, comme Lucky star ou Under your sun, avec des accords proprets comme on les aime, doucettement saturés. Et les samples ! On en retrouve de derrière les fagots d’Ok Cowboy dans Rave Age. Non, six ans après, Vitalic nous fait toujours vibrer.
 
Vitalic.org ou Facebook ou Soundcloud

Lkte · Articles du même auteur · Facebook