The story of Danger – En attendant Sunset

Danger is back. Il revient. À pas de loup. D’où ? Personne ne sait. Il a débord écumé les clubs branchouilles aux quatre coins de la planète pendant quelques années, alors que ses fans attendent depuis des lustres le moindre son, juste un signe de vie, quelques notes qui leur feraient savoir que tout n’est pas fini. Depuis 2007 quand même. Patience.  

 
C’est dire si Danger est un beatmaker furtif. Un mec capable de vous faire croire une fois par an pendant cinq ans qu’il va sortir un truc. Et nous de revenir à chaque fois tête baissée sans flairer l’entourloupe. Toujours est-il que le globetrotter lyonnais des estrades en a peut-être eu marre de faire voyager ses sons dans des discoboîtes pour geeks nippons friqués, et qu’il a annoncé sur sa fanpage que Sunset, un nouvel LP, viendrait à l’automne 2013. Sur-prise. Pour nous tenir en haleine, en juin, il avait publié un remix de 22h39 by Spitzer (aux oignons). Vous vous en doutez, il ne devait pas être très loin de Lyon.
 

 
Alors juste pour vous mettre un peu l’eau à la bouche sur fond de pet de lapin, on récapitule un peu tout le toutim concernant Danger et ses productions depuis 2007. A l’époque où il coupait des lianes et des feuilles de bananier à la machette, perdu dans une jungle electro et poursuivi par ses démons sonores. Là. Y voir une référence à l’identité visuelle de l’artiste gaming-manga-animé, et à sa scénographie, qui n’échappe jamais à un petit costume full black anonyme et deux yeux blancs surbrillants.  
 
Parait-il, de la manière dont il donne un nom à ses tracks, qu’il faut vivre la musique de Danger comme l’expression d’un état d’esprit, de sentiments à un instant T. Cela explique pourquoi son player sur myspace ressemble a une horloge déréglée, mais regorge de pépites qui m’ont rendu fou à l’époque : comme 11H30, 4H30 (la demi-heure fonctionne à merveille), 14H54, 7H46, Revolte at 22H10… des songs étalées sur plusieurs EP (09/14 2007, 09/16 2007, 09/17 2007) qu’il a distillé chez Ekler’o'shock (DatA il y a un bail, Marie Madeleine etc.). Des sorties aux sons très electro, avec des synthés omniprésents et une trame très électronique qui nous transportent, qui font parfois penser à la bande son du jeu vidéo arcade du PMU miteux du coin de la rue. Mais il y a la touche Danger, un genre de fatras disco, funky, micro, heavy qui disparait très généralement sous une base rythmique bien vitaminée (que je vous propose de vous remettre en mémoire avec le player ci-dessous).  
 
Et dire qu’il sera là, à la maiz’, à Lyon, le 31 août, pour clôturer la saison Cruel Summer sur le rooftop, au Sucre. That’s here. Et nous faire patienter tapis dans l’ombre jusqu’à l’automne, en attendant que la nuit tombe avec Sunset.  
 
Danger : Facebook / Soundcloud / myspace  
Le Sucre : Agenda

Lkte · Articles du même auteur · Facebook