Review : Benjamin Damage – Heliosphere

Il est sorti ! On en parlait . Heliosphere est l’un des albums de 2013 que l’on attendait avec impatience. Les autres arrivent …
 

VERSION ANGLAISE, PAR ICI ! / ENGLISH VERSION, THIS WAY !

Mise en bouche : Benjamin Damage, j’ai connu d’abord par No One, de l’album They!Live en collaboration avec Doc Daneeka.

J’adore (J’ADORE !!!) le contraste entre les passages vocaux filtrés très organiques et la partie centrale rythmée et un peu plus crasseuse. Prenez donc le temps d’écouter l’album en entier.
 

Benjamin Damage, aka Benjamin O’Shea, a cette double culture UK-Allemagne. Il a grandi au Pays de Galles, on le présume (à confirmer … bientot j’espère) donc nourri à la UK techno, garage, et peut-être dubstep - car en son temps c’était encore supportable. Maintenant installé à Berlin, et signé chez 50Weapons (le second label de Modeselektor après Monkeytown), je pense qu’il a atteint un équilibre entre les deux cultures musicales.
 

On sent dans ses précédentes sorties une franche pulsion dancefloor mais également un penchant mélancolique, une âme de poète. On souligne la bonne idée qu’il a eue de s’associer avec Doc Daneeka pour They!Live, qui annonce déjà selon moi la couleur “Damage”, ce fameux équilibre (voir No One ci-dessus). Heliosphere, en tant que premier album solo, semble être la consécration de cette recherche de l’entre-deux-styles.
 

À la Berlinoise, la texture est travaillée, mais bien que synthétique ce n’est pas tout lisse. Et PAF, on repasse de l’autre côté de la Manche. Au contraire : des saturations et des irrégularités maîtrisées entachent toutes les nappes harmoniques d’une texture râpeuse. Le résultat est une ambiance un peu lugubre et surtout très organique. Comme si on regardait une belle sculpture à travers des culs de bouteille colorés. Des sonorités un peu acid, également. Dans le – très bon – Spirals, par exemple.
 

Les synthés sont râpeux et les beats aussi sont secs (à dire avec la liaison). Ce n’est pas de l’agressivité, ils sont secs dans leur côté brut et rétro. Sec aussi comme on parlerait de l’acoustique d’une pièce : pas de réverbérations intempestives sur les percus elles-mêmes. Des échos évoquant des espaces clos, en revanche. Une pièce aux murs matelassés d’un hôpital psychiatrique. Delirium Tremens. Froid dans le dos.
 


 

La précédente sortie de Benjamin Damage sur 50Weapons, c’était l’EP Swarm/Headache. Swarm veut dire essaim. Pas un vulgaire essaim de moustiques au dessus de ta tête fin août dans la campagne autour de chez ta mamie. Un essaim de frelons, de chauves-souris et de tronçonneuses. Un essaim flippant que tu n’as pas envie de traverser. Mais ça tourne, et ça claque, et ça pique. Headache, même EP, c’est une de celles que tu n’as pas envie de te taper tous les dimanches matin. Un EP globalement très puissant, et qui selon moi ne reflète pas tellement la saveur de l’album. Mais que voulez-vous, rien de mieux que de faire péter un EP totalement dancefloor pour faire mordre le DJ à l’hameçon … On mentionne également la compile Best Of 50Weapons 2012 qu’il a mixée.
 

Benjamin Damage est-il en train d’inaugurer un genre nouveau, un pied au Royaume-Uni et un autre en Allemagne ? Je ne parviens pas à répondre à cette question. On sent toutefois une très grande recherche dans les couleurs et les textures. Le sculpteur Damage associe les méthodes de composition “traditionnelles” tonales (on remarque d’ailleurs que les harmonies de Together sont exactement superposables avec celles de No One (voir plus haut pour le player). À vos mashups.) aux designs minimaux associés à la techno. Comme résultat on a un son à la fois dancefloor et planant, à la fois entraînant et lourd de sentiments. L’exemple parfait est Light Year, qui me rappelle Spanish Breakfast de Rone et que je qualifie sans trop d’hésitation de meilleure piste de l’album, avec lequel il commence son mix pour le XLR8R Podcast, qu’il faut absolument écouter … TOUT DE SUITE (par ICI Tiens, je viens de me rappeler qu’il en avait fait un autre avec Doc Daneeka jadis.).
 

Gardez l’oeil ouvert, il est actuellement en tournéelive en Europe !
 

Benjamin Damage : Facebook, Soundcloud, Discogs, RA, 50Weapons
50Weapons : Site officiel, Facebook

Léonard · Articles du même auteur · Facebook