Retour sur les 25 ans de carrière de Laurent Garnier

C’était l’évènement de la semaine dernière : les 25 ans de carrière du pape/dieu/roi de l’électro, Laurent Garnier.
Personne n’a pu y échapper vu le nombre d’hommages que l’on a pu recenser (Le Mouv’, Rex Club, Tsugi …). REL vous livre son résumé de cet anniversaire si particulier : sa lettre d’amour à Laurent Garnier !

 

 
Laurent,
 
Depuis que j’ai entendu Crispy Bacon , il est entré, dans mon cœur, une part de bonheur dont je connais la cause. C’est votre musique, cher Laurent.

Mais pas seulement, votre “personnage” me plaît aussi beaucoup. Qui défend mieux que vous la diversité musicale de nos jours ? Peu de personne, je pense.
 
Votre radio show, It is what it is fait le bonheur des auditeurs de Le Mouv’ chaque semaine. De la découverte auditive (comme celle que vous avez connu quand Mike Pickering vous a passé Love can’t turn around à l’Haçienda*), des avis pertinents, une belle ouverture d’esprit. [Moi, une groupie ? Non jamais.]

Autre preuve de cette culture musicale : votre playlist pour la journée de vos 25 ans de carrière sur Le Mouv’ (un homme fidèle en plus) !
 
Votre livre, Electrochoc, co-écrit avec le journaliste David Brun-Lambert, initie brillamment les lecteurs à l’histoire des musiques électroniques. L’Haçienda, Detroit, l’esprit rave des 90′s … tout y passe (et accompagné de playlists s’il-vous-plaît).
J’attends la ré-édition de cet ouvrage avec impatience. Un chapitre de plus sur les 10 dernières années, ça ne peut pas se manquer (on pense que vous y parlerez de votre passage à la Salle Pleyel). L’adaptation d’Electrochoc au cinéma sera aussi un incontournable.

Un homme cultivé, c’est attirant mais quand, en plus, c’est un rebelle. On ne peut que craquer. Et vous Laurent, vous êtes depuis toujours un de ces hommes. Pour preuve, votre réaction face au raz de marrée “electro” aux USA :
 

“Je ne suis pas sûr mais EDM c’est bien pour electro de merde !! … C’est bien ça non ?? Ou alors, j’me trompe encore ?” [Tsugi n°56]

 
Rebelle mais avec le sens de l’humour !
Et aussi un certain don de voyance. [Oui, je m'emballe un peu.] Ainsi, vous aviez presque tout vu : votre show à la radio, F-Com, votre place dans le Djing …
 

J’aime le Djing mais je ne pense pas être DJ quand j’aurais 50 ans. Tout d’abord, mes oreilles seront mortes, donc j’ai besoin de prendre soin de moi. J’aurais une boutique de disque, j’aurais un show à la radio à Paris et je viendrais juste de mettre en place ma propre maison de disque : j’ai envie d’évoluer vers ça. J’aurais aussi construit mon propre studio à ce moment là car j’ai envie de publier et remixer plus de musique mais aussi de produire mon propre travail. Je ne pense pas continuer à être juste un DJ car, depuis que j’ai 12 ans, je ne pense pas “Je veux être un DJ.” mais plutôt “Je veux être un putain de DJ !”. C’était fort et puissant et c’est important de rester DJ car, pour la production tu as besoin de savoir ce qu’il se passe. Je pense faire le DJ pour mes amis ou pour quelques grosses soirées car je ne pense pas réussir à quitter ça, j’aime beaucoup trop ça. “ [Interview de 1993-1994*]

 
 
Ce que vous n’aviez peut être pas prévu, c’est l’amour du public et votre place comme référence absolue. L’impact de vos 25 ans de carrière sur les ondes et médias en tout genre sont là pour le prouver.
 
Et ceci sans parler des soirées d’anniversaires : “le Rex était littéralement en ébulition vendredi dernier” [Tsugi] pour faire simple. Et on n’en attend pas mieux de l’épisode 2 à Manchester ! [Référence à vos débuts à Madchester en 1987 comme cuisinier et DJ Pedro à l'Haçienda, le club mythique (24 hours party people) ]
 

 
Laurent, j’aurais aimé venir vous voir ce soir à la WeAre Together! mais ça sera pour un peu plus tard et directement à la maison !
 
Je vous aime !
Encore un joyeux anniversaire et un grand merci.
 
Pretseilla
 

 
* : Les références et l’interview de 1993-1994 sont extraites du génialissime livre de Jonathan Flemming’s : What kind of house party is this ? The history of a music revolution, sorti en 1995.
En petit bonus, une photo de Laurent Garnier, extraite elle aussi de ce livre.
 

Pretseilla · Articles du même auteur · Facebook