Plan Grand Froid (partie 1) : Hacienda party people

Chute des températures, vent, NEIGE … Le week end s’annonce frisquet !
REL vous propose donc (en plus de son agenda rempli de soirées) une première petite sélection de bouquin/DVD/vidéos pour ceux qui voudraient rester bien au chaud sous leur couette.
 
Première escale : “Madchester” & son Haçienda !
 
 

  • 24 HOUR PARTY PEOPLE (Michael Winterbottom, 2002)

 
Pour qui ? Accro à Madchester, fan des New Order, nostalgique de la New Wave.
Quand et où ? Samedi soir 21h , enfoncés dans son canap’ pendant l’apéro.
 
Pour commencer cette petite liste, voici la bande annonce de 24 HOUR PARTY PEOPLE (en anglais), film de Michael Winterbottom, sorti en 2002.

Ce film raconte l’histoire de Factory Records et de ses groupes, Joy Division (futur New Order) & The Happy Mondays, à travers les yeux de Tony Wilson (joué par le terrible Steve Coogan).

Marqué par sa bande son new wave et ses scènes de soirées délirantes, le film n’oublie pas de montrer à quel point The Haçienda, le club de Tony Wilson, aura été un gouffre budgétaire (voir ci dessous) tout en demeurant encore aujourd’hui le symbole de l’explosion du premier Summer of love électronique.
 

They’re applauding the DJ. (…) This is it. The birth of rave culture. The beatification of the beat. (…) Welcome to Madchester. [Tony Wilson]

 
Coupé par les commentaires de “Tony Wilson”, aussi chaotique que la gestion de ce club légendaire, 24 HOUR PARTY PEOPLE vaut le détour pour son côté psychédélique. Pas toujours respectueux de l’histoire, plus souvent marqué par la légende, le scénario de Michael Winterbottom a le mérite de nous emmener loin, de nous porter jusqu’aux portes du club.
 
 

  • L’Haçienda : la meilleure façon de couler un club (Peter Hook, 2012)

 
Pour qui ? Les mêmes que pour le film, tout potentiel investisseur dans un club & les étudiants en économie.
Quand et où ? Pendant un cours de sciences économiques, au fin fond d’un amphi lugubre. (Alternative : Dans son club, en plein jour, en train de désespérer sur les dégâts de la veille. Histoire de relativiser.)

L’histoire globale ne change pas trop de celle de 24 HOUR PARTY PEOPLE mais là ce n’est plus “Tony Wilson” mais Peter Hook, un des propriétaires du club qui raconte .
 
Même si l’auteur narre la vie de L’Hacienda telle qu’il l’a vécue, les détails historiques ne manquent pas. La liste des soirées et des extraits de cahiers de comptes sont inclus dans le livre, comme pour prouver l’impossible chaos qui régnait alors.
Ainsi, année par année, de la création du club le 21 mai 1982 à sa fermeture le 28 juin 1997, Peter Hook balance : récits de soirées glorieuses ou non, prix faramineux payés par New Order pour maintenir le club, guerres des gangs et employés peu scrupuleux … Tout y passe !

Et enfin, parce que le détail a parfois toute son importance, le livre donne la clef du nom Hacienda.

Et toi oubliée, tes souvenirs ravagés par toutes les consternations de la mappemonde, échouée aux Caves Rouges de Pali-Kao, sans musique et sans géographie, ne partant plus pour l’hacienda où les racines pensent à l’enfant et où le vin s’achète en fables de calendrier. Maintenant, c’est joué. L’hacienda, tu ne la verras pas. Elle n’existe pas. Il faut construire l’hacienda. [Ivan Chtcheglov, 1953]

 
 

  • L’Hacienda vu par Olivier Wilson

 
Pour qui ? Les passionnés fanatiques de l’Hacienda & les accros aux soirées avec enfants en bas âge.
Quand et où ? Sur son bureau, un dico à une main, un stylo dans l’autre, en milieu d’après midi : prêt à faire l’analyse d’un enfant du siècle.
 
Apparemment réalisé pour la télé britannique (donc totalement en anglais), ce mini reportage fait parler Olivier Wilson, fils de Tony Wilson (oui, celui du héros de 24 HOUR PARTY PEOPLE). Il y commente cette époque, sa vie au coeur de Madchester, à l’aide de vidéos d’époque.


 

  • Extrait d’Hacienda en 1990

 
Pour qui ? Les pressés. Ceux qui veulent se faire une idée en 60 secondes.
Quand et où ? Là, maintenant, tout de suite. L’ordinateur posé sur la table basse couverte du brunch du samedi.
 
Cette courte vidéo est extraite du documentaire, Sound of North, hommage à la musique de Manchester qui vaut le détour (soupoudré d’un petit côté kitsch).
En une minute, on découvre l’ambiance à l’intérieur de The Hacienda.


 

  • Interview de Shaun Ryder (Happy Mondays) & Tony Wilson (1989)
     

Pour qui ? Les passionnés fanatiques de l’Hacienda ou les étudiants en cinéma avec un devoir sur l’audiovisuel à rendre lundi …
Quand ? Début de dimanche après midi, un café à la main, encore fatigué de la veille mais persuadés qu’un jour, nous aussi, on nous interviewera dans notre club préféré.
 
Pour finir, on sort un document de l’INA : une interview au coeur même de l’Hacienda de deux des protagonistes principaux de l’aventure Madchester.

 

 
Et sinon ?
 

  • Ce soir, un autre club mythique sera à l’honneur à Lyon : le Bar 25 de Berlin ! Rendez vous (pour les courageux prêts à afronter le froid) à la Plateforme à 21 heures pour l’avant première du film Bar 25 “DAY OUT OF TIME” suivie d’une soirée avec un line up 100% BAR 25 !

 

  • Au sujet de l’Hacienda, le nouveau livre de révélations de Peter Hook, Unknown Pleasure, arrive en France. Cette fois ci, c’est Joy Division qui en prend pour son grade (pas très étonnant vu les relations entre l’auteur et les membres du groupe).

 

 
Crédit photo : Une touche de romantisme

Pretseilla · Articles du même auteur · Facebook