Naulot – Leave EP

Arthur Naulot est un jeune producteur lyonnais qui vient de sortir son tout premier EP, troisième sortie du label également lyonnais Bebup. Un artiste local donc qui après de nombreuses années de productions se jette enfin dans le bain et nous présente son travail, ainsi que sa vision de la techno.
 
L’EP se nomme Leave, il contient 4 morceaux originaux ainsi que 3 remixes. 7 titres au total donc, qui nous emmènent directement dans l’univers de naulot, étroitement lié à la photographie et à la vidéo, deux autres arts que le jeune lyonnais apprécie également. Car il faut bien dire qu’à l’écoute de sa musique on entre dans une ambiance bien définie. Cet EP nous raconte une histoire calme et reposante, qui nous fait avancer et voyager à travers différentes émotions. Il est difficile de mettre en avant un morceau plus qu’un autre car Leave est réellement un EP qui s’écoute sans interruption.
 
L’intérêt est de pouvoir entrer dans cette atmosphère,  de plonger dedans, d’en ressortir et de s’y replonger. Car on trouve aussi bien des moments très aériens, que des rythmiques plus froides et dures autant tout au long de l’EP qu’au sein d’un même morceau.
 
Leave commence fort avec Delayed, basé sur une rythmique rapide et entraînante. C’est l’un des morceaux que l’on peut « labelliser » de techno pure avec ses sonorités froides.
 

 
On retrouve ensuite Earth, qui nous met sous tension pendant plus de deux minutes, jusqu’au moment où arrive cette lumière, traduite par des vagues vocales que l’on pourrait presque qualifier de religieuses. Le morceau dérive dans une atmosphère planante, tout en gardant cette rythmique entraînante et marquée du début pour ensuite redescendre calmement.
 

 
Water arrive directement d’une source de haute montagne, ce morceau froid nous emmène vers un brouillard contrôlé.
 

 
Birds termine cette histoire avec un son plus calme et comme son nom l’indique plus aérien. Ce morceau en collaboration avec vOPhoniQ termine l’EP en douceur, le style de ce dernier se ressent à travers des passages plus lents et posés que sur le début de l’EP. Quand au style de naulot, on le retrouve à travers les breaks du morçeau, caractérisés par la basse bien marquée et ses rythmiques bien sèches.
 

 
La cerise sur le gâteau de ce travail est la touche personnelle qu’ont pu apporter Thomas Hessler, Kaelan et Upon Nowhere au travail réalisé par naulot. Les 3 producteurs apportent avec ces trois remixes leurs styles, leurs manières de travailler tout en gardant l’atmosphère des morceaux originaux. On découvre des tracks totalement différents, une autre écoute mais qui se marie parfaitement avec l’histoire que naulot a commencé à nous raconter.
 

 

 

 
Après de nombreuses écoutes il est extrêmement difficile de parler en détail de chaque titres, car votre état d’esprit influencera vos oreilles et votre écoute. On se retrouve dans certains chapitres un jour, et dans d’autres le lendemain. A noter toutefois, mais ce n’est que mon opinion, que le remix de Thomas Hessler est une pure merveille, le travail réalisé est colossal. Chaque écoute s’apparente à une nouvelle gifle et m’hérisse les poils. Bien que les deux autres remixes soient aussi énormes.
 

naulot

 
Un premier EP qui tient donc toutes ses promesses, un EP clair, homogène, qui nous fait voyager l’espace d’un instant.
 
On attend la suite avec impatience, que ça soit au niveau de naulot comme au niveau de Bebup.
 
Cet EP ambiant techno est à découvrir et redécouvrir.  On attend également l’occasion de voir naulot sur une scène lyonnaise pour qu’il nous partage sa vision de la techno en live.
 
L’EP est disponible sur Juno, iTunes et Boomkat.
 
Naulot : Facebook / Soundcloud
Bebup : Facebook / Soundcloud / Website / Twitter / Mixcloud

Janick · Articles du même auteur · Facebook