Tiam Wills


Tiam Wills, jeune producteur français classé au rayon nudisco, nous fait le plaisir d’accepter une petite interview sur RadioElectroLyon, à l’occasion de la sortie de son nouvel EP Enhancing, sorti chez La Fille de l’Air fin 2012.

 

Enhancing EP” :

Un album tourné autour de la femme, du rapport entre les deux sexes vu sous différents angles.
De la track Petit Paris France, en passant par Hardiscount ou Sweet Sensation, il est difficile de ne pas se laisser entrainer tantôt à la rêverie, tantôt à une irrésistible envie de danser. Tiam Wills nous emporte et nous fait pénétrer dans son univers avec une agilité déconcertante et nous communique une certaine vision de la musique. La vision d’une électro réfléchie, construite et définitivement convaincante.
Enhancing Ep est plus personnel. Il nous raconte l’histoire de Tiam Wills, sa rencontre avec Elsalou et les relations qu’ils peuvent entretenir avec les autres.

 
Un EP aux sonorités ensoleillées, dans un croisement house filtrée/nudisco, dans la grande tradition des producteurs français du genre. Pas de remixes au programme mais plutôt 8 morceaux originaux, qui fait de cet EP un mini-album.
 
On y retrouve entre autres: des morceaux tantôt dansant et énergiques (Hard Discount, Amazing Glucose), tantôt emprunt d’une certaine naïveté rafraîchissante (Sweet Sensation, Idole Création), dans un enrobage très french touch, renvoyant parfois à Lifelike, Benjamin Diamond, voire à de l’électro-rock (Tender Lips). A noter, la référence appuyée au Yeah de Boys Noize dans Katoey or Ladyboy. Enfin, l’EP se clôt sur le morceau Wine in Love, assez chill et très “gainsbourien”, en collaboration avec Elsalou.
 

 
 
Salut Tiam!
Peux tu te présenter en quelques mots?

Tiam Wills: Je m’appelle Tom, j’ai 23 ans, et je fais de la musique nu disco/house.

D’où te vient ce nom de scène si particulier?

C’est assez étrange en fait: je cherchais un nom après en avoir eu des pas terribles. En enregistrant mon prénom sur une photo de mon Sagem my55 à l’époque, je me suis trompé et j’ai noté Tiam. Et de là j’ai cherché un truc qui collerait bien avec pour faire nom et prénom. En cherchant dans mon agenda, j’ai trouvé Wilson, qui a donné Wills après.

 
Question classique mais toujours efficace: comment as-tu débuté dans la création musicale? (pratique d’un instrument, découverte d’un morceau etc.)

C’était une évidence pour moi, mon père faisait des soirées, et ma mère écoutait beaucoup de funk etc.… Du coup je m’y suis intéressé, et c’est à 15 ans vraiment, ou j’ai commencé à créer après mon frère (Djston), et mon cousin (NuageEliott).

 
Ta musique semble couvrir plusieurs références et périodes, peux tu nous les décrire?

Oui, c’est vrai. J’aime beaucoup les années 70. Je pense ne pas être née à la bonne époque. Les voitures, la mode, la musique, à cette époque tout était dingue, il y avait de la recherche, de l’invention.

 
Si tu veux nous donner 5 artistes qui ont compté plus que d’autres pour toi, qui seraient ils?

Daft Punk
Armand Van Helden
Justice
Sebastien Tellier
Mr Flash

 
Comment marche la composition musicale chez toi, comment se fait la construction d’un morceau?

En fait, j’ai un synthé, mon ordi avec Ableton. J’ai une petite playlist “à sampler”, je prend un sample, et j’essaye de faire un truc avec, tout en ayant une idée ou pas, ça vient sur le moment, c’est vraiment spontané!
Et des fois, j’utilise presque rien, je crée avec mes VSTs.

 
La scène nu-disco est très friante de sampling. Alors, plutôt sampling ou composition pure?

Les deux. C’est bien de mélanger!

 
Est-ce toi qui chante sur tes morceaux? Si oui, comment est né cette envie de chanter, parfois même en français, ce qui est plutôt rare chez les producteurs de musique électronique?

Oui c’est moi, et ma copine. J’ai eu juste envie de parler de certaines choses dans mes musiques, ça c’est fait tout naturellement. Je ne chante pas vraiment, c’est plus du “parlé” parce que je ne sais pas chanter ! Je trouve, que chanter en français, ça peut être très glamour, si c’est bien fait, par exemple, Yelle, et Sébastien Tellier le font parfaitement. C’est souvent Elsalou (ma copine) qui écrit les paroles, parce qu’elle a le truc pour ça.

 
Tu enchaines les remixes également. Comment les choisis tu? On te contacte?

C’est uniquement des gens qui me contactent, et je les fais uniquement si l’original m’inspire!

 
Tu commences à tourner en live, quand cela a-t-il commencé? Plutôt DJ set ou vrai live? Quel matos sur scène?

J’ai rejoins La Fille de L’air Records, le label s’occupe de moi pour les dates, et Suck My Disk, un collectif breton pour la région ouest. Pour le matos, je me contente de faire des DJ set sur platines, le projet d’un live est en cours, mais on verra plus tard. J’ai pas trop de temps pour l’instant.

Tu as donc signé chez La Fille de l’Air, comment s’est passée votre rencontre?

C’est Fabien Raillot qui m’a contacté il y a un peu plus d’un ans maintenant.
Il m’a parlé du concept, de la French Touch 3.0, et de tourner notre musique un peu plus vers la femme, de renouveler la house en général, et j’ai accroché.

 
Ton meilleur et pire souvenir de live?

Mon meilleur souvenir, c’était le carnaval étudiant à Caen en mars 2011, avec 8000 personnes déguisées. En plus j’étais avec mes amis et de la famille dont des producteurs (Baadman, Djston, NuageEliott, DjTits, Mede…)
Mon pire souvenir, je n’en ai pas pour le moment, je dirais que c’est les soirées ou il y a pas grand monde..

 
On t’affilie souvent à la nu-disco, d’accord avec ça?

Je suis d’accord pour la Nu Disco, je pense que c’est mon style musical. Si on me définie comme ça c’est cool, c’est ce que je voulais!

 
Justement dans cette scène nu-disco, quels sont tes artistes favoris?

Oliver, Gigamesh, The Magician, Lifelike et plein d’autres..

 
Sur ton EP Hardiscount, on retrouve plusieurs remixers. Comment les as-tu choisi?

Ce ne sont que des amis, ou des artistes dont je suis fan.

 
Des remixes sont-ils prévus pour les morceaux de l’EP Enhancing?

Pas pour le moment, on verra !

 
Dans les autres scènes électroniques, quels artistes écoutes-tu? Un petite pépite à nous faire découvrir?

J’écoute de tout à vrai dire. Disclosure, Azealia Banks, Breakbot, Foster The People, Para One, Basement Love, Sohight, Moullinex, RAC, Two Moons, Oliver pour les artistes que j’écoute en ce moment.
Et sinon à découvrir, si vous connaissez pas : Alex Young, c’est de la trap, et c’est énorme!

 
Les 10 morceaux incontournables de ta playlist?

Paraone – When The Night
Breakbot – Easy Fraction
Buggin’ – Bucks’n'Balls
Alan Braxe – Intro
Ben Flav – Screen
Cyndi Lauper – Girls Just Wanna Have Fun (Awkoder Re-Edit)
La Fine Equipe – Muffin Feat Chomsk’
Berou & Canblaster – Kapongo Dance (Big Dope P remix)
Duck Sauce – Barbara Streisand
Phats & Small – Turn Around (Tobtok Edit)

 
Les grands classiques qui te laissent indifférent?

Quand tu me parles de classiques, je pense à toute la variété française, et en l’occurrence, j’ai pas assez de places pour écrire tout les artistes qui m’indiffèrent !

 
3 mots pour qualifier ta musique?

Frais, léger, sensuel (rires)

 
Ton plus grand rêve musical?

Une collaboration avec un artiste dont je suis fan, ça pourrais être dingue!
Sinon je pense mon rêve, ce serait de pouvoir vivre de la musique.

 
Ce qu’on peut te souhaiter pour l’avenir?

Beaucoup de dates et faire danser les gens!

 
Fais nous saliver. Qu’est ce qui arrive prochainement, que ce soit en prod ou en dates live?

Je bosse sur un EP de featurings avec des amis producteurs français pour cette année, et je vais certainement tourner dans quelques villes! Ça commence par Rennes le 30 janvier.
J’ai un remix qui va sortir prochainement sur La Fille De L’Air Records pour Chillax & Goldhammer, ça sonne très 90′s, j’espère que ça vous plaira ! Et une petite info, mon site internet sera bientôt disponible.

 

Merci Tiam d’avoir répondu aux questions de REL! En espérant te voir en live sur la région lyonnaise prochainement !

 
 
Retrouvez-le sur:
Facebook, Soundcloud et Twitter.

Thomas · Facebook