Son Of Kick


 
Deuxième partie des interviews réalisées lors de l’édition 2012 du festival Reperkusound, après celle de Chinese Man, voici celle de Son Of Kick. D’origine française, mais basé à Londres depuis une quinzaine d’année, il est connu en solo pour des productions Dubstep qui ont déjà résonné aux quatres coins du globe. Ne tenant pas en place, c’est avant tout un artiste hyperactif qui sait s’entourer, comme en témoignent ses nombreuses collaborations et projets parallèles, comme avec Klub Sandwich, Grems ou encore son alias en tant que rappeur Micro Coz. Dans cette interview très franche, il nous dévoile son parcours musical, ses influences vastes, ses projets actuels ou à venir ainsi que sa vision de la musique actuelle.
 

 
Afin d’accompagner musicalement la lecture de cette interview, différents morceaux de Son Of Kick sont disposés au fur et à mesure, s’agissant pour la plupart de clips n’hésitez pas à les lancer afin de vous plonger dans l’univers de l’artiste.
 

> Cliquez ici pour écouter : Son Of Kick – Revolution B

 
 
Est-ce que tu peux te présenter ? D’où vient le nom Son Of Kick ?

Alors Mika, Microcoz, Klub Sandwich et plein d’autres, mais ce sera Son Of Kick pour ce soir ! Alors en fait, pour trouver mes noms de scènes, j’écris toujours des noms, des mots sur une feuille (une sorte de brainstorming écrit) puis Son Of Kick est apparu. Je me suis dit, c’est un peu un truc genre « Le Fils du Kick » tu vois, pour moi, c’est ce qui représente la musique club : le kick, la basse. Du coup, je trouvais que ça correspondait bien à ce projet electro, dubstep que je démarrais.

 
Est-ce que tu pourrais décrire ta musique ? Qu’est ce qui t’as amené à avoir le son que tu as aujourd’hui (tes influences, etc.) ?

Décrire ma musique ? Ça change tout le temps en fait. J’ai toujours écouté beaucoup de musiques différentes depuis tout petit (chez mes parents ça allait de la musique orientale aux yéyés style Johnny Hallyday). Ils étaient pas vraiment branchés David Bowie, Led Zep donc je peux pas dire « ouais j’ai un background de ouf ! ». Mais en réalité, oui j’ai eu un background de ouf parce que j’ai eu celui là justement. J’ai presque tout écouté : du gothique, de l’indus’, au rock en passant par l’hardcore, la méga-pop, les Smith. Après, les Beastie Boys ont été un gros virage et ça a été un de mes tous premiers virages musicaux d’ailleurs. J’ai écouté plein de trucs qui m’ont fait tripper mais les Beastie c’était vraiment un des premiers. Sinon, Rage Against The Machine, Nirvana, toute la scène grunge. Donc ouais, j’ai toujours tout écouté finalement, même en électro j’écoutais beaucoup Stereolab qui utilisaient déjà des trucs électro dans la pop. Tous ces genres se sont mélangés petit à petit et au final, il y a eu le hip hop qui est arrivé plus tard, avec Cypress, les Wu Tang; c’est du hip hop mais c’est déjà assez hybride je trouve. C’est ce que les skaters écoutaient. Le hip hop, « le vrai », est arrivé un peu plus tard dans ma musique.

 
Justement, on voit que tu touches à tout, tu multiplies les projets dans tous les styles (hip hop, electro, etc.). Est-ce que ce besoin de tout faire vient de tes influences hyper variées ou est ce que ça vient d’autre chose ?

Alors, c’est de l’hyperactivité et aussi plein d’influences. Non, c’est vraiment de l’hyperactivité, je fais un peu ce que je veux, et j’en ai besoin en même temps ! Tu sais moi, je joue des instruments, j’ai commencé à jouer dans des pubs quand j’avais 15 ans, à la gratte je faisais des reprises, je jouais devant 2 personnes ou devant 50 personnes. J’ai joué dans des groupes mais déjà à l’époque, je faisais partie de 10 groupes en même temps. Du coup, ils me détestaient tous parce que… par exemple, une fois je me suis retrouvé entrain de répéter avec un de mes groupes, on était dans une salle qui communiquait avec une autre salle de répèt’ et il se trouve que juste à côté, quand j’ai ouvert la porte, y’avait un autre groupe avec qui je jouais qui m’attendait pour répéter. J’ai jamais pu vraiment me caler en fait. Bon j’ai grandis, je suis plus un petit connard, maintenant j’ai des projets avec des potes qui me permettent aussi musicalement de mélanger toutes mes influences. Par exemple, là j’ai un projet avec un chanteur parisien qui fait de la Deep House et on va faire un truc style The Weeknd, genre R’n’B mais R’n’B alternatif. On chante sur les meufs, n’importe quoi tu vois, ça fait du bien ! Le projet s’appelle ESP, et c’est une exclu pour vous ! On sait pas encore si on va sortir le premier track en mode cash comme ça, en téléchargement gratuit ou pas.
 
Autant j’ai toujours été pour donner ma musique gratuitement, j’m’en branle et tout ça mais je suis arrivé à un moment où, tu donnes ta musique gratuitement et certains trouvent encore le moyen de te dire comment tu aurais pu faire telle ou telle chose. Le problème de la musique gratos, c’est que les gens ont pris l’habitude. C’est vraiment une question de respect de l’art, du travail. C’est un taff, je me creuse le cerveau. C’est sûr, c’est un bon taff, je suis pas là à pleurer à travailler dans la mine mais ça demande quand même de l’énergie, du temps et de la thune. Quand t’as mis 2000€ dans un trip, 1000€ pour faire venir les artistes, au final le track t’a coûté 3000€, toi tu le donnes gratos et il y a un connard qui vient et qui te dit « Ouais il aurait pu faire ça ! ». Putain mais si je l’attrapais mais il va chier des dents quoi ! Après je ne suis pas contre discuter à propos de ma musique mais faut que les remarques soient un minimum constructives.

 
 

> Cliquez ici pour écouter : Son Of Kick – Guacha (feat: Natalia Clavier, Grems, Disiz & Micro Coz)

 
 
Par rapport aux clips, tu en fais beaucoup (Revolution B, Playing The Vilain, Guacha). Est-ce que c’est pour faire tourner les potes ou est-ce que pour toi, c’est complémentaire avec les morceaux ?

Oui j’ai du réseau ! Et oui, c’est vraiment une signature pour moi, quand je sors un clip, c’est vraiment à l’ancienne tu sais ! Quand un single sortait, t’avais le clip qui venait avec et c’est aussi un côté de l’art auquel je suis attaché. Je suis assez cinéphile, j’aime mater des clips, des films, des docus, tout ce qui est visuel ! Les tracks que j’ai sorti avant Revolution B n’ont pas eu de clip parce que je commençais et que j’avais pas les moyens, ni le réseau nécessaire à ce moment là. Puis j’ai rencontré Grems, qui m’a présenté Neopen, on est devenu méga potes et au final, il a fait les clips de Revolution B et Guacha.

 
Je voulais te parler de Grems entre autres mais aussi de Simbad, Disiz (Klub Sandwich en gros). Tu fais pas mal de collab’, sur pas mal de morceaux en ce moment.

Effectivement, on a fait Klub Sandwich avec Disiz, Simbad, Grems et moi mais je pense que c’est terminé. Grems est un de mes meilleurs potes, on a plus ou moins le même parcours, on n’a pas été aidés au début, et comme on n’a pas été aidés avant, ce qu’on n’a pas on va le prendre tout seul. Quand je l’ai rencontré, grâce à Simbad, il m’avait fait écouter ses morceaux et je lui ai dit que j’aimais pas parce que je trouvais qu’il rappait trop vite mais on s’est super bien entendus et on est devenu super potes après. On est tous les deux hyperactifs et on bosse pas mal ensemble. Il vient la semaine prochaine à Londres (Son Of Kick vit à Londres, ndlr), on va se caler en studio, parce que depuis Guacha on a fait plein de morceaux, on a fait des featurings, des trucs ici et là. D’ailleurs, on a lâché un son aujourd’hui « 64 », enfin bref, cette association elle est inséparable !

 
 

> Cliquez ici pour écouter : Grems & Son Of Kick – 64

 
 
Est ce qu’on doit comprendre qu’à l’avenir, il y aura beaucoup plus de Son Of Kick & Grems que de Son Of Kick seul ?

Non, c’est pas comme ça qu’il faut le voir ! Déjà, il va y avoir des Son Of Kick feat Grems mais il va surtout y avoir des Grems avec des prod de Son Of Kick. Y’a aussi un projet qui s’appelle « Mika Miki », Miki étant Grems et Mika c’est moi. On a plein de morceaux déjà prêts à la maison, c’est pour ça qu’il vient, pour qu’on en termine et qu’on en fasse d’autres. On rappe tous les deux, je fais les prods, lui il fait tous les designs et Neopen va faire les clips. Ça va être un truc plutôt cool ! Une sorte de collab’ entre Grems, Son Of Kick et Micro Coz (qui est mon alias quand je rappe).

 
D’ailleurs est-ce que tu as des actus de prévues sous Micro Coz ?

Oui, il y a une prod de prévue qui sort dans pas longtemps mais j’ai tellement pas le temps ! Je grille déjà plein de trucs parce que j’ai pas le temps. Tu vois récemment ça a explosé, j’ai des dates de partout alors que moi, je suis plutôt un rat de studio et j’aime toujours autant faire des morceaux. Sauf que pendant un an, j’ai eu une période creuse à cause des soirées Dubstep qui me prenait tout mon temps même si j’adore jouer en soirée ! Mais tu vois, quand je suis là, je joue du dubstep et du coup, quand je suis en studio je reproduis la même chose alors que j’aurais plutôt envie de faire un truc 80 bpm ultra deep, avec des nappes et tout.
 
En y repensant, j’aimerais bien prendre 2 mois et faire que du Micro Coz, ramener tous mes potes, les Foreign Beggars et tous les autres ! Mais bon, je vais déjà sortir le track prévu avant de planifier d’autres choses !

 
 

> Cliquez ici pour écouter : KLUB SANDWICH – DISIZ/GREMS/SIMBAD/SON OF KICK : KSW

 
 
Justement sur KSW de Klub Sandwich et d’autres tracks sous ce nom là, y’a une sonorité Future Garage, à la Mount Kimbie par moments. Est-ce que c’est une volonté de ta part, une orientation que tu vas prendre ?

Non, enfin ça serait un peu dur parce que Mount Kimbie, James Blake et tout ça c’est de la balle mais en même temps c’est des jeunes ! De mon côté, j’ai 34 ans quoi, donc tout ces sons qui les inspirent aujourd’hui, je les ai connu aussi à l’époque Garage, les raves tout ça mais ça m’intéresse pas de faire la même chose. Alors après, ils font vraiment du bon taff, je crache pas sur Mount Kimbie, c’est juste que les comparaisons sont un peu difficiles. Mais j’aime bien les sons Deep, Electro ou Minimale. Tu prends Jolie Village de Klub Sandwich par exemple, c’est complètement perché ! Ça c’est ce que je préfère faire ! Le problème c’est que si je commence à sortir des sons comme ça sous le nom de Son Of Kick, les gens ne vont pas comprendre quoi ! J’ai un projet d’ailleurs comme ça, ça s’appelle Road Ryot, c’est à checker, y’a des remix sympas.

 
Et sinon Son Of Kick seul ?

Alors Son Of Kick, je suis en train de finir un EP, on va décider de ce qui va être dessus. Y’a 2 tracks avec les Foreign Beggars, 2 tracks avec Grems, y’a d’autres personnes mais je ne peux pas en dire plus parce qu’on est en négociations, c’est bien parti mais on va voir. C’est UK et ça rappe dur en tout cas ! Y’aura un track bien Moombahton avec les Foreign Beggard, avec une grosse bassline, ultra lourd en sub, qui a genre 80 bpm, t’as l’impression d’être sous kéta ! Là je me suis vraiment lâché, j’ai fait la musique que j’avais envie de faire ! Y’a aussi un track de Dubstep genre fluo avec des casquettes de travers, comme ça, c’est fait, on me fait plus chier tu vois ! (rires)

 
C’est vraiment pour répondre à une attente ?

Bah ouais, c’est pour répondre aux attentes de certaines personnes mais ça restera un track que je kiffe. J’ai une manageuse qui me me demande souvent quand est-ce que je sors un nouveau single. Alors que moi je fais des tracks, je les kiffe trop tu vois et elle est pas forcément convaincue à chaque fois. Ça m’a bloqué parce que j’ai jamais pensé comme ça. Genre Guacha, ça a pas la gueule d’un single, c’est plutôt un morceau que je kiffe comme ça. Donc là, sur cet EP y’aura un peu de tout et pour l’instant on n’a pas encore choisi de label, c’est en négociation. Perso, les labels j’y accorde pas une grande importance, j’ai mon label, j’ai des tracks signés sur plusieurs labels différents. Avec tout le réseau que j’ai, je m’en sors bien tout seul en fait.

 
Dans l’idéal, avec qui aimerais-tu collaborer ?

Tom Waits ! C’est un mec qui m’a fait vibrer avec sa musique, à tout niveau, tout ce qu’il fait, tout ce qu’il touche. Tous ses morceaux, y’a rien à mettre à la poubelle. Sinon y’aurait Fiona Apple. De toute façon, les artistes avec lesquels j’ai envie de bosser ce sont des artistes qui n’ont rien à voir avec la musique de Son Of Kick ! Mais ouais, Tom Waits, c’est vraiment le 1er nom qui me vient à l’esprit. Après y’a plein d’autres groupes que je kifferais approcher, mais pour moi faire des collaborations avec Grems, Foreign Beggars ou des mecs comme ça, c’est déjà un truc de ouf hein ! Sinon Yelawolf j’aimerais bien ! Ça serait royal ! Ce mec c’est un des plus gros OVNIs du rap US. Il est d’Alabama, c’est un blanc, cheveux longs, en mode gothique/skateur un peu chelou, ambiance bien white trash, bien redneck dans ses clips mais depuis qu’Eminem l’a signé c’est plus la même ! Il a le flow qu’Eminem aurait aimé avoir et du coup, il l’a vite pris dans son écurie. Après Borgore lui a fait un morceau pour son album, Diplo aussi. Je sais pas ce que ça va donner mais en tout cas, la première mixtape, était vraiment dingue ! On l’a rencontré mais bon j’ai pas voulu lui casser les couilles, on était trois, un mec des Foreign Beggars, Yelawolf et moi en backstage, on tchatchait musique à la cool, j’avais pas la foi de lui dire « ouais mec tu veux pas qu’on fasse un son ensemble ? » alors que c’est comme ça qu’il faut faire tu vois !

 
 

> Cliquez ici pour écouter : Son Of Kick – Playing The Villain

 
 
Côté dates, ton actu ça donne quoi ?

Je suis en tournée un peu partout, je fais une tournée US bientôt avec un mec de Ninja Tune. Ça va être une première grosse tournée américaine pour Son Of Kick. Ça sera fin mai, début juin ! Sinon pour les sorties d’EP et tout, j’ai pas de date. Tout le monde me demande, mais j’ai pas de date. Je pense que j’aurais rien qui sortira avant juin ! D’ailleurs, certains festoches voulaient me prendre mais ils ont changés d’avis parce que j’avais pas d’actu, pas de truc bien carré, signé chez tel label et tout alors que je sors des tracks tout le temps ! Mais au final, je suis content de faire vraiment ce que j’ai envie de faire.

 
Pendant tes lives, tu passes beaucoup de tes morceaux ?

Alors non, justement les Son Of Kick arrivent après généralement. En fait, je monte progressivement le tempo. Je commence sur du Moombahton à 70 bpm, puis de la Crunk, du South, du Hip Hop puis je monte à 100-130 bpm et j’enchaîne sur du Dubstep, un peu de Glitch Hop. Là je commence à rentrer mes sons et à la fin, généralement je finis avec un truc bien trash. Ici au Reperkusound, ça me fait chier parce qu’il y’a un gap entre la scène et le public. J’aime bien me jeter dans le public pour le dernier morceau, avec des gros pogos à l’ancienne quoi.

 
Et pour finir, est-ce que tu aurais une playlist de sons que tu écoutes en ce moment ?

Alors j’écoute très peu de musique électronique ! Récemment, j’ai découvert un groupe qui m’a mis une grosse gifle, qui s’appelle The Soft Moon. J’étais dans un magasin de musique et le vendeur écoutait un morceau, je croyais que c’était un groupe des années 80 tu vois, ça sonnait vraiment de l’époque. Je lui ai demandé leur nom puis j’ai checké chez moi et en fait c’est un groupe assez récent, genre 2010. Du coup, j’ai acheté leurs albums direct ! C’est une grosse boucherie quoi ! Sinon, j’ai découvert une meuf qui s’appelle Alabama Shakes. Je sais pas d’où elle vient, mais elle chante de la vieille soul, country un peu enragée et qui sonne un peu comme à une certaine époque. En fait, j’aime bien ça, les artistes intemporels, tu sais pas trop s’ils sont de maintenant ou d’avant. Pour dormir dans le train sinon j’écoute Bon Iver, je me sélectionne les morceaux les plus relax et je les mets. Sinon j’écoute un peu de B-More en ce moment. D’ailleurs, j’ai vachement envie de revenir là dessus, parce que c’est un peu passé le B-More et je pense qu’il y a moyen de le faire revenir avec un peu de fraîcheur.

 
 
Retrouvez une courte vidéo de son set lors du Reperkusound 2012 :

 
Son Of Kick : Facebook / Soundcloud / Twitter / Youtube

PH · Contact · Facebook