Pause

 

Repéré par le concept évènementiel The DARE night (Grenoble/Bordeaux), PAUSE est un DJ/producteur Bruxellois principalement attiré par les sonorités des chords et du groove technoïde de Détroit. Intrigués par sa musique, nous avons décidé d’en apprendre un peu plus sur l’artiste qui nous livre une mixtape et une interview exclusives.

 

>> Retrouvez sa mixtape Silent réalisée pour RadioElectroLyon en cliquant ici <<

 
 

Vous retrouverez des players pour accompagner votre lecture en musique tout au long de l’interview. N’hésitez pas à les lancer pour vous imprégner de l’univers de l’artiste.

 

On démarre avec son titre Glace :

 

 

Qui se cache derrière PAUSE ?

 Avant tout un amoureux de la musique et étudiant en même temps. Je suis originaire de Grenoble et vis depuis 8 mois à Bruxelles dans le cadre de mes études.

 

Pourquoi/comment t’es tu lancé dans la musique électronique ?

C’est une évolution assez logique. Plus jeune, j’écoutais beaucoup de CDs appartenant à mon père :  Pink Floyd, Led Zeppelin, Franck Zappa et j’en passe. Puis je pense que, comme tous ceux de ma génération, les labels Ed Banger, Institubes, Kitsuné ou même Minus pour les plus connus ont eu des répercussions sur mes orientations musicales. Ensuite tu approfondis en cherchant les tracklists des mixs, puis de nom en nom, tu te fraies un chemin dans cette masse musicale qu’est la musique électronique et qui me paraissait alors infinie

 

Je me suis d’abord acheté un contrôleur pour m’essayer au mix et voir si ça pouvait donner quelque chose de positif, je ne sais pas si ce fut vraiment le cas à l’époque, mais ça m’a beaucoup plu ! Puis, ayant de moins en moins confiance en les capacités de mon ordinateur, je me suis acheté le matériel nécessaire pour mixer sur CDs et vinyles. Peut-être aussi pour faire taire les critiques concernant le numérique qui étaient assez courantes il y a 3 ans,. A l’époque,  les contrôleurs n’étaient pas encore aussi courants que maintenant et ils souffraient donc d’une assez mauvaise image.

 

 

D’où te viennent tes influences ?

 Actuellement, je pense que les artistes qui m’influencent le plus proviennent d’une génération qui a bien connu les origines de la techno de Détroit. Les premiers qui me viennent en tête sont des artistes comme Robert Hood, Maya Jane Coles, Aril Brikha

 

Autrement, c’est la découverte de morceaux Deepchord (cf Dubatech – Nonagon ci-dessous pour un exemple de morceau Deepchord) grâce à un ami nommé Somaticae (signé sur le label In Paradisum) qui m’a probablement le plus influencé récemment. C’est vraiment un son chaleureux et apaisant, mais qui peut aussi devenir un outil rythmique formidable. J’aime cette impression de voile porteur, lorsque pour une raison inexpliquée, ton corps tout entier a envie de se mouvoir et de rester le plus longtemps possible dans cet état d’apesanteur sonore.

 

Où aimeras-tu jouer ? Avec qui ?

Qui n’aurait pas au fond de lui, l’envie de vivre une soirée au Berghain ?!

Sur Lyon, ce serait un beau rêve que de jouer en journée à l’Hôtel Dieu dans le cadre des Nuits Sonores. La beauté du lieu et les gens qui y viennent forment une belle alchimie ! Des clubs comme le Fuse ou la Gaîté Lyrique m’attirent beaucoup pour la qualité de leurs Sound-system. Dans un autre style, j’aime beaucoup ce qu’organise Concrete sur Paris.

 

Quant aux artistes, j’ai déjà la chance de partager l’affiche avec Duke Dumont à Grenoble (27 avril au BAR MC2, ndlr) prochainement. Ce serait un immense plaisir que de pouvoir rencontrer des artistes comme Zadig, Maya Jane Coles ou encore Ben Klock.

 

Projet en cours ?

Finir mon premier EP et trouver un label.

 

Tes sons du moment ?

  • Transito de Psyk, toujours aussi simple mais tellement efficace !
  • Le remix de Slam sur le classique Dark Manœuvres de Envoy (la version originale date de 1996).
  • Un remix envoûtant de Sascha Rydell sur le morceau Limite de Mike Denhert (présent dans le mix).
  • La dernière sortie de Forrest avec Marlon Brando. J’ai souvent du mal avec les vocales pourtant celle-ci, couplée avec une chord assez nerveuse groove vraiment bien.
  • Un remix vraiment très sombre de Shifted  du morceau d’Oscar Mulero – Intentionally False.
  • Le dernier EP TTRXL de Zadig et l’album Incubation de Function.

 

Pause : Facebook / SoundCloud

Jeremy · Contact · Facebook