Le Delight Club

Le collectif du Delight Club a sorti récemment son troisième EP, sobrement nommé III.
Un condensé de house filtrée, de nu-disco et d’éléments chill qui forme un cocktail détonnant et efficace.
Cet EP regroupe six artistes différents, d’univers proches mais avec chacun leurs particularités et leur son.
 
 
5 titres au programme, avec une spécificité: chaque semaine, l’ordre des morceaux change sur Soundcloud, de manière à ce que tous les artistes aient la même visibilité.
 
- She’s a Lover de James Tambiance, une balade funk 80′s de très bon aloi.
- Inside de Sample Jack, dans la lignée d’une certaine nu-disco californienne à la Goldroom.
- Nina de Kosski, autre morceau funk 80′s avec son petit piano très progressif.
- New York City de Jugement Dernier, anthem disco-gay
- Striped Diamond de Pleasure Love, évocation d’une certaine french touch (Braxe & Falke)
- Last Night de Florian Bery, très chill qui rappelle les productions d’un Roman d’Amour ou d’un Silver Stan chez HeartCake.


 

Pour mieux cerner ce qu’est le Delight Club, son fondateur Floriannous a accordé une petite interview pleine de groove et fraîcheur.

 
Florian, bonjour!
Avant de commencer, pourrais tu te présenter personnellement, ainsi que ton projet “Le Delight Club”?

Florian, 20 ans, Paris. Je me suis fait principalement connaitre en tant que producteur sous les noms de Gliterium, Glité et Florian Bery. J’ai fondé le collectif Le Delight Club.
Le Delight Club est un collectif composé de jeunes artistes musicaux français produisant principalement de la nudisco, pop, house, French Touch.

 
Quelle était la motivation première qui t’as poussé à fonder ce collectif? Quel en est le principe, une sorte de label? Un moyen de promouvoir plusieurs artistes au sein d’un même “club”?

Fin 2011, la nudisco était en plein essor depuis déjà 2 années ! J’ai rapidement compris qu’il fallait crée quelque chose qui puissent permettre aux jeunes artistes du genre de surfer sur cette vague. L’idée d’un label m’est venu de nombreuses fois à l’esprit, mais en France le Shiny Disco Club faisait déjà (et fait toujours) un boulot parfait. Ce qu’il fallait c’est un collectif réunissant de jeunes artistes français évoluant dans la scène nudisco, tout en gardant cet esprit french et frais. Je me suis donc lancé.

 
Comment as-tu choisi les artistes qui allaient faire partie du collectif et des différents EPs?

Je suis sans arrêt à la recherche de nouveaux artistes aussi bien dans la scène Nudisco que dans d’autres scènes plus space. Les 2 premiers artistes que j’ai choisi, et qui m’ont par la suite bien aider dans la création du collectif, étaient Pleasurelove et le groupe Sample Jack.
J’ai découvert Pleasurelove avec Under the Wave qui m’avait mis un claque à l’époque. Je l’ai donc contacté et le feeling est super bien passé. Plaisiramour et moi somme très potes. Pour les Sample Jack, je connaissait déjà un peu Nicolas la moitié de SJ depuis Gliterium. Un de mes sons était apparu sur une compilation qu’il avait lancé. Pour Aymeric la seconde moitié, ça c’est fait naturellement. Ensuite, est arrivé Starlesoufs devenu récemment James Tambiance, qui était déjà bien implanté dans la scène française nudisco, et avec qui j’avait déjà discuté. Suivi de Kosski et Sébastien Faure mes coups de coeur. Puis quelques mois plus tard Jugement Dernier puis Thomas M. qui est le label manager de What About About Records (WAY Rec). Pour les artistes externes au collectif apparu sur les premières EP, c’était aussi pour les mettre en avant eux et leur track. Evidemment je n’oublie pas Le Crayon qui fut partie du collectif le temps d’une compilation, et qui maintenant est rentrée dans la cour des grands. Petit delight big up à Lauren !
Il faut savoir qu’il y a vraiment une ambiance bon enfant lorsque l’on discute entre nous. Et j’ai en partie choisi ces artistes pour cela.


Trois EPs sont déjà sortis sur le Delight Club, dont le dernier “III”. Peux-tu nous parler de la direction musicale générale et plus particulièrement celle de ce dernier opus?

Pour les deux premières compiles de la série InDisco, le thème était un peu plus généraliste. Festivités pour le premier, estival pour le deuxième. Pour III, je voulais marqué d’avantage l’identité du Delight. J’ai demandé au collectif de lâcher un track beaucoup plus personnel dans leur univers et style musical ou, au contraire, un track qui marquerai un changement, du renouveau. Car 2013 c’est the année !
 
Pour ce LDC III, James Tambiance a mis les choses au clair pour sa première, She’s a Lover est bien “smooth” ! Du genre “Hey babe ? What are you doing tonight ?” .
Nina de Kosski est géniale comme d’habitude, il reste toujours fidèle à son univers et le delight peuple adorent !
Jugement Dernier nous à lâcher un son plus festif pour ambiancé tes débuts de soirée “cuir moustache” positivement.
Inside de Sample Jack est folle, j’adore ! Mais vraiment ! On sent bien l’esprit French Touch, à la sauce Sample Jack évidemment.
Pleasurelove absent durant quelques mois, est revenu tranquillement avec Stripped Diamond, un son doux avec une bonne ligne de base comme on les aime par ici.
Et enfin, moi (rires) avec Last Night, qui est un son assez personnel et qui a pour but de vous faire voyager avec sensualité.

 
Dans une famille nudisco qui ne cesse de s’agrandir, comment comptes tu trouver ta place avec le Delight Club?

Je pense qu’on a eu la chance de s’implanter dans cette jeune scène nudisco/french, assez rapidement, dès la première compilation. Après si le Delight se fait connaitre, c’est aussi et surtout grâce à ses artistes qui ne travaillent évidement pas qu’avec le Delight.
Pour se différencier, on joue sur notre image. On essaye toujours de garder cette esprit “delight” “cool”. Notre symbole est le “smile” qui apparait sur la cover de LDC III et plus souvent sur nos pages internet. Donc je pense que notre image, les artistes jouent un rôle assez important.

 
Peut-on imaginer un morceau qui serait une collaboration entre tous les membres du collectif?

On peut, on peut haha. On y a déjà pensé mais cela serait une collaboration entre 2 ou 3 artistes maximum. Wait & see…

 
Il y aura-t-il de nouveaux membres ou souhaites tu te concentrer uniquement sur les membres actuels?

Oui, c’est certifié, nous recherchons d’ores et déjà de nouveaux artistes musicaux (toujours francophones pour l’instant), mais aussi d’autres personnes pour faire avancer et représenter le club. Photographe, graphiste, bloggeur, DJ…?

 
A terme, quels sont les objectifs que tu visent avec le Delight Club?

Pas mal de projets sont à prévoir, un site internet en construction, la ou les prochaines compilations, divers projets musicaux ralliés au Delight, une soirée Le Delight Club sur Lyon et Paris
De mon côté je veux également vraiment accentuer le côté club/groupe du Delight, et faire de nos fans des membres à part entière du LDC

 
 
Merci pour cette petite interview Florian, en espérant voir les membres du collectif en live sur Lyon prochainement (coucou Maison Fraîche!)
 
Retrouvez le Delight Club sur:
Facebook, Soundcloud et Twitter.

Thomas · Facebook