Isaac Delusion


Crédit photo : Brice Robert
 
On a pu les voir jouer à Lyon, au Transbordeur, lors des Nuits Zébrées organisées par Radio Nova, Isaac Delusion est un groupe parisien qui monte en puissance. Signés chez Cracki Records, leurs deux premiers EP ont été très bien reçus par la presse (The Fader, Tsugi, Les Inrock, Trax, Resident Advisor…). On les a chopé au vol histoire d’en apprendre un peu plus sur leurs influences, leur création ainsi que leurs projets futurs.

 

 

Comme d’habitude, cette interview sera garnie de lecteurs comportant une sélection des morceaux d’ Isaac Delusion, afin d’accompagner votre lecture en musique et de vous proposer un aperçu de leur univers.

 

Récemment vous avez fait l’ouverture du festival Pitchfork à Paris, vous avez de bonnes chroniques dans des magazines comme les Inrockuptibles ou encore Tsugi. On peut dire que ça commence plutôt bien pour vous. Comment vous gérez cette soudaine montée de succès ?

Plutôt bien ! Je veux dire par là qu’on a pas de problème du moment que l’on peut faire de bons concerts, s’éclater et prendre du plaisir. On ne pense pas trop aux trucs un peu techniques, on essaye de ne pas trop se prendre la tête. On fait juste de la musique et on profite de la chance qu’on a.

 
Vous êtes attendus au tournant pour vos prochaines sorties. Est-ce que vous commencez à vous préparer pour ces sorties ?

Je pense que la recette pour être bon dans la création c’est de rester soi même. Si tu commences à te prendre la tête par rapport aux gens qui t’attendent au tournant ça te bloque donc on essaye de ne pas trop y penser et de juste faire la musique qu’on kiffe. Si nous nouvelles idées marchent, ça marche, sinon tant pis, le vent va tourner.

 

Ce sont d’assez grandes références que j’ai cité tout à l’heure, mais êtes-vous quand même d’accord avec ce qu’ils ont écrit sur vous ?

Oui, dans l’ensemble c’est assez juste. Pour l’instant ils ne creusent pas trop, ils nous introduisent car personne ne nous connait vraiment. Du coup jusqu’ici on a pas eu de chroniques vraiment poussées sur lesquelles on aurait des choses à redire.

 

 
Comment vous êtes vous rencontrés et comment est venue l’idée de faire de la musique ensemble ?

On s’est rencontré au collège tout bêtement, on a eu un peu le même background c’est à dire qu’on trainait avec les mêmes personnes, on écoutait la même musique. Après nos goûts se sont un peu diversifié, Loïc écoutait plus de Hip-Hop, moi j’écoutais plus de la Folk et du Rock indé. Et comme on était potes, un jour on avait rien à faire et on s’est dit qu’on allait faire de la musique ensemble et ça a finalement bien collé donc on a continué. On a commencé il y a 3 ans par ces petits essais, des petits bidouillages puis au final ça a plu à des gens qui nous ont encouragé et voilà où on en est.

 
Comment ça s’est passé votre rencontre avec le label Cracki ?

À la base j’ai fait une école d’ingénieur du son ou j’ai rencontré un mec qui a fondé Cracki après, à l’époque ca n’existait pas. Du coup je lui ai fait écouter notre musique, il a bien aimé et quand Cracki s’est monté, il leur a fait écouter et ils ont tout de suite kiffé. On est parti comme ça. Mais à la base j’étais tout seul puis ils sont venus. Ce que je fais tout seul, ça n’a pas la même gueule que ce que je fais avec eux, c’est plus “simple”, il ny a pas de beat, pas de basse, c’est plus la partie acoustique.

 
Vous êtes à la croisée de plusieurs genres, avec des approches différentes. Comment ça se passe lorsque vous produisez tous ensemble ?

La construction des morceaux ça vient en majeure partie de Loïc qui part avec une mélodie ou un sample qu’il m’envoie. Après je tape une rythmique dessus, je remet des idées, je lui renvoie… On fait des échanges puis on le présente aux autres et à partir de là on bosse ensemble.

 
Qu’est-ce que vous écoutez en ce moment ?

J’ai écouté le dernier My Bloody Valentine que j’ai trouvé vraiment pas mal, le dernier Bonobo et Alt-J aussi, la grosse découverte de 2012. Je pense qu’on est tous d’accords pour dire que leur album, c’est de la bombe. Par contre en live c’est un peu décevant, ils ont besoin de roder un peu le truc.

 

 
Votre prochaine sortie sera au format album ou encore un EP ?

Non ce sera un album. On essaye de prévoir ça pour janvier, mais rien n’est encore sûr.

 
Prochaine collaboration a venir ?

On va faire un morceau avec un groupe qui s’appelle Tula. La chanteuse est suédoise et le groupe est berlinois. Ils ont signé chez Cracki, ils ont déjà enregistré un EP avec eux et donc on va faire un morceau ensemble.

 
Une collaboration rêvée ?

On cherche un rappeur !

 
Vous avez une tournée prévue aux USA, comment ça s’est goupillé ?

On a préparé le terrain quand on a joué à New York, on a signé pas mal de deals avec des américains. Et ils ont bien kiffé notre musique, du coup là on y retourne pour une tournée d’un mois. Ils ont un peu tout misé, ils y sont allé au culot et nous balancent dans la fosse aux lions. Mais je pense que ça va bien se passer.

 

 
J’ai vu que vous aviez prévu de faire un DJ Set retransmis sur Nova.

On a malheureusement pas pu le faire mais on essaye de travailler sur les DJ Sets car on nous demande de plus en plus d’en faire et ça peut être intéressant mais c’est un boulot à part entière, ça prend pas mal de temps. Le truc intéressant c’est de pouvoir jouer la musique qui n’est pas à nous.

 

Quels étaient les morceaux que vous aviez prévu ?

On avait mis Cirrus de Bonobo, un peu de Techno, du Four Tet. D’ailleurs on nous dit assez souvent qu’on ressemble à Four Tet, je suis pas vraiment d’accord, à la rigueur Caribou en configuration live, oui.

 
Y a-t-il une question que l’on ne vous a jamais posé en interview et à laquelle vous aimeriez répondre ?

Pourquoi chanter en anglais et pas en français ? C’est parce que j’ai été bercé par la musique anglaise et puis je pense qu’en anglais c’est plus facile de raconter des histoires sans avoir le soucis du vers ou du rime.

 
Avec quel artistes/groupes aimeriez-vous partager la scène ?

Postal Service passe au Trianon mais on a pas pu faire la premiere partie, sinon il y a aussi Bonobo. On a joué avec Disclosure aussi il y a quelques mois.

 

 
 
Isaac Delusion : Facebook / Twitter / Website

PH · Contact · Facebook