Flume² (ou Flume par Flume)

Quand il vient à parler de Flume, le rédacteur, commentateur occasionnel ou fan inconditionnel se livre à un simple et bienvenu exercice méditatif. Au gré du dernier album -Flume, sorti fin 2012- signé de ce jeune beatmaker australien de 21 balais -Harley Streten-, disponible en intégralité sur Deezer, il convient de s’attarder sur l’esthétique d’ensemble des quinze titres qui le composent.  
 

 
Une écoute à double tranchant : qui vous transportera, selon l’humeur, dans un voyage sans escale au pays de la béatitude, ou bien dans les méandres de l’introspection. Quinze sons qui ont le mérite d’être raccord avec la joyeuse mélancolie/désagréable allégresse de l’époque que nous vivons. En gros, dans ce dernier foutoir électronique du plus bel effet, Flume prend soin de mêler des influences hip-hop avec des univers sonores plus épiques, le tout bercé par un panel de voix éclectiques (soul, rap, post-prod etc.).  
 
Avec une mention « plus plus » pour Sleepless, On top, Insane, Sintra (que je vous propose d’écouter à l’aide du player disponible ci-dessous) et puis tout le reste aussi en fait, tellement l’album est réussi.
 
 
 
Flume : Soundcloud / Deezer / Facebook / Future Classic records.

Lkte · Articles du même auteur · Facebook