Disclosure – Settle

Ils avaient fait gronder un nombre incalculable de groupies surexcitées (masculin et féminin confondu) aux dernières NS. Disclosure figurant parmi les affiches du festoche, assumant leur statut, les Lawrence brothers n’avaient pas hésité à déclencher les épisodes de liesse sonore les uns après les autres sur la scène 1. D’abord avec le titre What’s in you head, puis en distillant quelques tunes à venir dans Settle, leur premier album sorti lundi dernier.  
 
A priori, Settle rassemble tous les ingrédients house/deep/UK garage/future garage qui ont fait péter un câble au public des anciennes usines Brossette, il y a de ça presque un mois. Condensé représentatif de la claque électronique prise à l’écoute des premières tracks de l’opus : When a fire starts to burn, Latch, F For You, White noise (ft. Aluna Georges). Toujours bien dans des sonorités deep/garage avec Defeated no more, ça continue.  
 
La seule constante, un peu trop pop au goût de certains, resteront les thèmes vocaux omniprésents. Aux “No vocals please!!” qui ponctuent tous les players sur le net on répondra “Et puis quoi encore ?”. Ces voix, c’est un genre de berceuse vitaminée qui vous empêche de dormir, qui participe malgré tout à l’esthétique musicale de Settle, dans le langage sonore de Disclosure. Bien sûr qu’on préférait les avoir à cinquante mètres en train d’ambiancer un maximum de fans en rut, mais c’est un privilège du souvenir. Il nous reste tout de même les 18 tracks de Settle. Listen. 
 
 
 
 
Disclosure : Soundcloud / Facebook / Officiel

Lkte · Articles du même auteur · Facebook