Brodinski – Bomance #7

Vous croyiez que c’était fini. Qu’une fois en 2013, et la bonne année souhaitée à tous, plus rien ne viendrait pétiller dans nos oreilles. Vous qui en majorité avez repris votre train-train quotidiennement angoissant lundi, gardez le smile, tendez vos godets, trinquons aux fêtes qui ne terminent jamais (that never ends) : Brodinski -le perfide-, avec son label Bromance, avait prévu de longue date de brutaliser nos tympans en décembre, dans Bromance #7, un EP travaillé à la «méthode champenoise ».  
 
Brodinski, signe deux tracks dans Bromance number seven, Dance like machines et Hypnotize, qu’il a marquées au fer rouge de sa « pattoune » aux inspirations berlinoises. Si on tente de décrypter la sémantique de Louis Rogé (Brodinski, donc) dans Dance like machines, le titre évoque des silhouettes qui se prélassent nonchalamment dans une froideur métallique (le clip ici). Laissant tout le soin à la musique de transporter doucement son auditoire dans une atmosphère technoïde diablement étouffante.  
 
Hypnotize est aussi un bon prétexte pour que les agapes de la fin d’année s’éternisent un peu. Que nous sabrions le mousseux/crémant à la gloire des sons que nous n’attendions plus en 2012, et qui se sont payé le luxe d’arriver si tardivement. La bobine d’Hypnotize s’enroule et se déroule, sans jamais arriver au bout, pour le plus grand plaisir des fabuleux amateurs de couture que nous sommes. Un autre titre dans la lignée de ce que nous avait déjà offert le père Noël du nom de Brodinski, avec deux sons un peu plus vieillots qui parapheront ce propos, avant que Louis Rogé n’aille faire danser les Grenoblois samedi.  
 
 
 
Bromance records ou Soundcloud

Lkte · Articles du même auteur · Facebook