Baio – Mira EP

De Vampire Weekend à Baio. D’une guitare basse à des contrôleurs et keybords de toutes sortes. D’un rock alambiqué à la musique électronique. Kamoulox. Chris Baio lâche sa gratte et signe Mira EP chez Future Classic.  
 
Dans Mira EP, on retrouve toute la saveur colorée de l’ancien groupe new yorkais de Baio déclinée à la sauce électronique. Avec un fort ascendant disco dans Zona, par exemple. Tout en proposant un ensemble de percussions (trop) adaptées au club, Baio nous fait penser à un Foster the people qui aurait retourné sa veste en troquant ses instrus pour une boîte à rythmes et des claviers.  

Le constat est transposable à Banj (et au reste de l’EP), avec une basse qui dénote carrément au sein d’un track electro au premier plan : on sent que Baio s’est imposé une bassline en même temps que l’obligation de faire danser les gens.  

Il remise donc un peu tout ce que sa musique aurait pu avoir de spirituel au profit de l’assurance de faire groover les kids. So. C’est peut-être pour ça que Welterweight ressemble pour moi à Prins Thomas remixant Clair de Lune. Et Mira, plus house et moins disco, plus deep et moins electro, a même donné naissance a une vidéo plutôt sympa.  



Baio peut finalement être comparé à un genre de bric-à-brac musical qui ressemblerait à une nouvelle boisson bien sucrée : un style de mélange asiatique grotesque “tagada-thé vert”, dont on saurait s’il faut en aimer le goût que quand tout le monde s’en goinfrera. Bah c’est pareil avec Mira EP. Comme nous sommes lâches, on dira qu’on aime quand tout le monde en aura fait sa berceuse officielle. Check it.  
 
Baio : Offishal / Soundcloud / Facebook  
Future Classic : Offishal / Soundcloud

Lkte · Articles du même auteur · Facebook