Apollonia – Tour à Tour

Dès le début de l’album, les sirènes samplées d’une voiture de police à la poursuite de l’inconnu plantent le décor. La triplette Apollonia nous fera vivre “Tour à Tour” une course folle dont la bande son serait cet opus aux treize titres house hypnotiques. Emportés dans un marathon musical sans ligne d’arrivée, avec pour seul but de danser un sourire malicieux au coin des lèvres.  
 
Le trio qui nous avait outrageusement fait groover avec Trinidad n’est donc pas à la recherche du break de l’extrême. Et vous n’aurez pas non plus besoin de lever les bras sur “Tour à Tour”. Apollonia y compile des instruments toujours plus nombreux, classiques (voire “palmiers” pour June et Haight Street) ou curieux (Un vrai Portugais, Boomerang…), avec une quantité de samples géniaux (El Senor Vador, Mouche Tse Tse, Sona). Et le tout s’imbrique à merveille sur des thèmes house music rectilignes et musclés, dans une science délectable de la répétition.

Cela explique à la fois que les tracks de l’album ne dépassent presque pas les sept minutes, et notre patience à l’égard de ces sons qui ne nous font pas taper du pied mais nous élèvent tranquillement. En témoigne le fabuleux The Benshee, qui nous fait voyager au rythme de son derbouka qui sied parfaitement à cette voix de robot revenant à l’infini.

En écoutant Tour à Tour, on comprend mieux la chance de ceux qui les ont croisés de jour dans leur version cubique du DJing (back2back2back) aux dernières Nuits Sonores. D’une propreté et d’une cohérence qui se vaut pour les treize titres, l’opus se termine par El Senor Vador et Haight Street. Deux excellents tracks qui résument parfaitement ce qu’on éprouve à son écoute : une inlassable envie de bouger sans brusquer notre ascension.

Apollonia : Facebook / Soundcloud

Lkte · Articles du même auteur · Facebook